History | Kasteel van Loppem

Collection

Visiter le Château de Loppem, c’est faire à la fois un voyage dans le temps et un tour du monde.

Les intérieurs et appartements néogothiques du rez-de-chaussée vous feront découvrir la vie au 19e siècle et au tout début du 20e.

Un escalier majestueux vous mène au premier étage où vous découvrirez la chapelle familiale. On y visite également la chambre où séjournèrent le roi Albert Ier et la reine Élisabeth en 1918. Les collections d’art de Jean et Roland van Caloen sont exposées dans des salles séparées. Vous y admirerez aussi bien des œuvres du Moyen Âge européen que de l’art asiatique et africain.

Cliquez ici pour voir les photos. 

Le Château de Loppem et La Fondation Jean van Caloen

Une œuvre d’art totale

À quelques kilomètres de Bruges, sur la gauche de l’ autoroute d’ Ostende, un château majestueux se dresse au milieu d’un parc à l’ anglaise, plein de romantisme avec des arbres séculaires, ses étangs et son labyrinthe. C’est un monument unique et imposant, construit entre 1858 et 1863 dans le style en vogue à l’époque : le néogothique.

Le Baron Charles van Caloen et son épouse, la comtesse Savina de Gourcy Serainchamps s’ adressèrent d’ abord à l’architecte anglais Edward Welby Pugin, Jean Bethune prenant ensuite le relais. L’ intérieur est aménagé en parfaite harmonie avec le style architectural. Le mobilier conçu par Pugin et les vitraux, lustres, escaliers, cheminées etc. dessinés par Bethune témoignent du savoir-faire des artisans locaux.

Sur les pas des rois et des artistes

Le Château de Loppem est aussi un bâtiment historique. Le Roi Albert Ier et la Reine Élisabeth y séjournèrent en 1918, et le “Gouvernement de Loppem” qui y fut constitué promulgua trois édits révolutionnaires : l’introduction du suffrage universel pur et simple pour les hommes, la néerlandisation de l’université de Gand et la reconnaissance de la liberté syndicale.

Le château abrite en outre une riche collection d’œuvres d’art, dont la plupart ont été réunies par le Baron Jean van Caloen (1884-1972), le petit-fils de Charles. Collectionneur acharné aux intérêts multiples, Jean se passionnait pour la sculpture médiévale, la peinture flamande, les grès de Raeren et de Westerwald, les albâtres de Malines, les ivoires portugais, les manuscrits enluminés, les dessins et les estampes. Ces collections sont en grande partie déployées au premier étage, dans les salles réagencées où elles bénéficient d’une présentation muséale. Le Saint évêque des environs de 1520, attribué à Jan Borman, et un vitrail avec une pietà d’après Vrancke van der Stockt, datant de 1460, comptent parmi les pièces maîtresses de la collection.

Grand amateur d’art comme son père, le Baron Roland van Caloen (1920-2014) s’ intéressait surtout aux livres. C’ était aussi un infatigable globe-trotter, qui a sillonné tous les continents. Deux pièces du haut sont consacrées à des agrandissements de ses photos ainsi qu’une sélection de sa collection d’art asiatique et ethnique, dont de nombreuses pièces ont été acquises au cours de ses voyages.

Un monument pour les générations à venir

Le Baron Jean van Caloen établit en 1951 une fondation portant son nom, à laquelle il transféra le château avec son parc et ses dépendances, ainsi que tout son mobilier. Cette fondation a pour but de préserver l’ensemble du complexe pour les générations futures, ainsi que de développer et faire connaître les collections. En raison de sa grande valeur historique et artistique, le château, classé monument historique en 1985, a été restauré et revalorisé en profondeur. Le parc du château, paysage protégé, est ouvert au public.